Actualités

Partager sur :
23 octobre 2020
Association

D'un géant de l'informatique à son cabinet de conseil en Cybersécurité - Marie-Odile Crinon - Promo 1985

Vue 199 fois

 

 

Aujourd’hui c’est Marie Odile Crinon, EPF 1985 - option informatique système, marraine de la promo 2015 et membre du Conseil d’Administration de l’Ecole qui partage son expérience.

Son leitmotiv: OSER, faire des choix et les assumer ! Tout cela en veillant à sa compétence et son réseau, pour avoir toujours un coup d'avance.

 

  • Comment as-tu vécu ton expérience à l'EPF (cours, vie associative, vie étudiante) ?

Bien ! Une 1ère image me revient tout de suite : le 1er jour sur le campus de Sceaux, dans l’amphi avec 150 filles… Le choc, après avoir fait ma Terminale dans une classe de 25 garçons et 2 filles ! Mais j’ai vite pris mes marques.

Je garde globalement le souvenir d’années assez studieuses, de fins de journée et parfois de soirées à travailler avec ma binôme avec qui je partageais une coloc.

Je dois reconnaître que je n’étais pas très impliquée dans la vie associative et étudiante… J’allais au Gala bien sûr, mais j’avais surtout des activités (« club-service » en particulier) en dehors de l’Ecole.

 

  • Quels ont été les moments forts de tes années étudiantes ?

Mes meilleurs souvenirs restent les projets à plusieurs, souvent en lien avec l’industrie. Également les stages que l’on faisait dès la 1ère année. J’aimais beaucoup le concret, le travail en équipe, le rythme de l’entreprise. En revanche j’avais horreur du partiel du lundi matin à l’Ecole !

Mes années étudiantes m’ont donné un socle de connaissance, la capacité à organiser mon travail, à apprendre, c’est certain. Mais le plus important reste pour moi les amitiés très fortes que j’ai scellées, comme celle avec ma binôme et coloc (pendant 3 ans) qui est devenue une Amie pour la vie… jusqu’à son dernier souffle au printemps dernier. Une expérience d’amitié hors norme…

Je voudrais aussi évoquer les 30 ans de notre promo en 2015. On a réussi, à quatre (!), à identifier chaque visage sur la photo de la promo ! Sans oublier tous les bons moments en amphi ou en TD avec nos professeurs… Tout ceci est encore très vivant !

 

 

  • Une fois ton diplôme en poche, quelle a été ta première activité professionnelle ?  Dans quelle entreprise ?  

J’avais 21 ans, diplôme EPF en poche, et je voulais travailler tout de suite. Certains me disaient que j’étais plutôt jeune (!) mais j’avais envie de plonger dans la vie professionnelle et d’être autonome financièrement.

Mes deux passions étaient (et sont toujours !) le numérique et l’aéronautique. J’ai effectué mon stage de fin d’études chez un constructeur aéronautique. Ils m’ont proposé un job en fin de stage mais j’ai décliné l’offre. Je trouvais l’atmosphère trop « old fashion », l’organisation très hiérarchique, les relations humaines très codées, le management très « masculin », etc.

J’ai alors fait le choix de candidater dans des entreprises du digital où je pourrais travailler au service de l’aéronautique ou d’autres secteurs. J’ai ainsi pris un 1er job d’ingénieur technico-commercial à l’agence Aéronautique chez IBM à Paris. Ils offraient une 1ère année de formation intra-entreprise (informatique, vente, communication, etc.) avec en alternance des périodes d’application en contact avec les clients. C’était un bon tremplin après l’EPF !

Je suis finalement restée chez IBM 25 ans (!) en ayant l’opportunité de jobs, de Business Units et de géographies très différents. Je me suis rapidement orientée vers un métier de chef de projet avec des expériences extraordinaires chez des clients exigeants mais loyaux. Puis j’ai choisi une carrière de management avec la responsabilité d’équipes (une vraie richesse) et de comptes d’exploitation, un management par objectif qui me convenait très bien, sans oublier très tôt l’expérience du travail à distance à travers la planète.

A noter également une expérience assez marquante comme Directrice de Cabinet de la Présidente, une responsabilité très particulière qui demande beaucoup d’organisation et de doigté…

Bref, une vraie carrière, bien gérée grâce à de l’anticipation (le fameux job d’après) et à de la formation très régulière, tant en interne qu’en externe, comme par exemple au Churchill College (Cambridge University) sur des sujets économiques et financiers pendant plusieurs semaines l’été.   

 

  • Qu'est-ce qui a changé au cours de ces dernières années ? 

Durant mon parcours j’ai toujours veillé à 2 choses : ma compétence (de la formation, sous toutes ses formes) et mon réseau. 

Le réseau peut être compliqué à développer dans une grande compagnie car il y a le risque de vivre un peu en autarcie. J’ai donc veillé à toujours bien développer mes contacts en dehors de l’entreprise.

J’ai ainsi eu le privilège d’être auditrice à l’IHEDN (Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale, sous la tutelle du Premier Ministre) au sein de la session nationale qui regroupe une centaine de personnes (hauts fonctionnaires, dirigeants du monde privé, journalistes, etc.). Pendant un an, j’ai pu développer et confronter mes idées sur des sujets liés à la politique étrangère, à la défense nationale. Une expérience très enrichissante, agrémentée de visites et de voyages d’étude remarquables, sans rien lâcher dans mon job de directrice chez IBM… un vrai challenge !

C’est après cette année à l’IHEDN que j’ai été sollicitée par le Chef d’Etat Major de l’Armée de l’Air pour intégrer la réserve citoyenne au grade de Colonel. Nous sommes un petit groupe sollicité pour réfléchir sur des sujets très variés liés à la transformation (digitale) de l’Aviation, à l’ADN de l’officier de demain, au management des compétences, etc. C’est un bel engagement à la croisée des mondes de la technologie, de l’humain et surtout des valeurs.

 

J’ai quitté IBM début 2011 pour rejoindre le cabinet de conseil Devoteam en tant que directrice générale. Une expérience intéressante de transformation où j’ai pu apporter mes compétences sur le design d’offres, la gestion des compétences... Et en acquérir beaucoup d’autres grâce à des délégations accrues. Un bon biseau vers la création d’entreprise.

 

Début 2014, j’ai alors décidé de franchir le pas et de monter ma propre structure, le cabinet MRC2 (Management des Risques et Crises Cyber). C’est une vraie rupture d’avoir sa propre boite. On est vraiment aux commandes de l’avion ! On choisit son domaine d’activité, les offres que l’on veut porter ; on cible son marché, ses partenaires ; on assume le risque financier.

Depuis 7 ans, je vis une aventure passionnante. J’accompagne des grandes entreprises et des ETI, dirigeants et experts, en France et à l’étranger, pour maitriser les risques liés au digital (analyse de risques cyber, programme de cyber-résilience, démarche de cyber-rating, exercices de cyber-crise, etc.). C’est un sujet universel qui donne l’opportunité d’opérer dans des banques, chez des industriels, des énergéticiens, ici en France et partout dans le monde grâce à leurs filiales.

En parallèle, j’enseigne à Sciences Po Paris (executive master) et à l’INHESJ ; je donne également des conférences (au FIC, à la BSPP, etc.).

J’apprécie beaucoup d’avoir un panel d’activités variées et de coopérer aussi avec d’autres Cabinets sur des thématiques complémentaires (techniques, juridiques, formation par le gaming, etc.).  

 

Je suis bien sûr toujours colonel de réserve (dans l’armée de l’air et dans la cyberdéfense), suis devenue administratrice de l’EPF il y a 7 ans (passionnant le projet de nouveau Campus à Cachan !) et de l’Ecole de l’Air plus récemment. C’est vraiment important de s’engager pour la formation des générations futures. C’est un passage de relais très fort pour moi.

Avoir toutes ces activités me permet aussi de faire de belles rencontres, de partager mes compétences et de m’enrichir de celles des autres... Sans oublier une agilité au quotidien pour être fidèle à tous mes engagements !

 

  • Qu'est-ce qui a déterminé ton choix de carrière ?

Il y a 3 choses importantes pour moi :

  1. L’innovation, dans toutes ses dimensions - je suis de nature curieuse et j’ai toujours veillé à avoir la liberté de créer, innover, tester, découvrir ;
  2. Le multiculturel, que ce soit au niveau pro ou perso ; s’intéresser aux autres est capital ; j’ai toujours été une grande voyageuse, en Europe, aux USA, en Afrique, en Asie !
  3. L’équilibre global, entre pro et perso bien sûr, mais aussi dans la diversité des causes que l’on sert.

Depuis que j’ai créé mon Cabinet, j’ai vraiment trouvé cet équilibre de « citoyenne du monde du 21ème siècle ».

 

  • Comment se sont passés les virages dans ta vie professionnelle ?

Super bien ! (rires) Lorsque j’ai pris la décision (à 50 ans ! un bon challenge !) de créer mon cabinet, j’avais pas mal de cordes à mon arc en termes d’expérience, de compétences, de réseau. J’ai suivi une formation complémentaire à l’INHESJ sur le management stratégique de la crise, et je me suis lancée. Statuts déposés le 2 janvier, première mission le 23 janvier ! Prester tout de suite permet de démarrer l’aventure sans angoisse sur le chiffre d’affaires à court terme. 

Je dirais que la crise liée au COVID-19 que nous subissons actuellement est plus difficile à gérer que le démarrage de mon activité en 2014. Beaucoup d’entreprises (nos clients) ont perdu des repères essentiels ; les injonctions contradictoires rendent le pilotage de l’activité vraiment complexe.

 

 

  • Si tu avais un conseil pour un.e lycéen.ne, un.e étudiant.e EPF ou un.e jeune diplômé.e quel serait-il ?

OSEZ, faites des choix et assumez-les. Il ne faut pas avoir peur. C’est mon leitmotiv ! 

En complément, gardez en tête 2 choses essentielles ; votre compétence et votre réseau.

La compétence est clé aujourd’hui si on veut rester employable, il faut toujours avoir un coup d’avance, l’école est juste un socle. 

Il est tout aussi essentiel de faire vivre son réseau pour vous permettre de rebondir, et cela commence dès l’Ecole. Gardez le lien avec votre promo et avec l’EPF !

 

 

Envie d’en savoir plus sur le parcours de Marie-Odile ?

N’hésitez pas à la contacter via LinkedIn !

Par Lyvia Lapeby - EPF 2015

 

 


1
J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.